Édito n°2 : “GRAVITY” nous met-il vraiment la tête dans les étoiles ?

null

 

     Si La Vie d’Adèle était un des films les plus attendus de ce dernier trimestre suite à sa palme d’Or et aux polémiques plus récentes dont il a été victime, un autre film a fait une entrée fracassante au box-office américain sans crier gare, récoltant enthousiasme des foules et critiques majoritairement dithyrambiques.

     Ainsi, il était normal que nous nous intéressions également à ce phénomène tant sa couverture médiatique est devenu quasi incontournable. Rappelons-le, Gravity est la première œuvre qui prétend nous offrir un aller-simple grandeur nature vers l’espace, et ce sans scaphandre de bonhomme Michelin. Une révolution.

     Pourtant, Gravity a suscité chez nous des réactions partagées, entre fascination et scepticisme. Dès lors, il nous semblait nécessaire de confronter nos points de vues sur un film qui divisera les amoureux de belles images des amateurs de scénarios complexes et fouillés. La 3D nous a alors tantôt émerveillés, devenant le centre du film autant que celui de nos réflexions, dans Tonight, we’re going to space et Une 3D macabre et poétique ? mais elle n’a parfois pas réussi à masquer des défauts qui ont pu paraître rédhibitoires, point de vue que vous pourrez retrouver dans Faut-il sauver l’astronaute Ryan ?

Cette œuvre d’un nouveau genre ne laisse de toute façon personne indifférent : certains apprécieront le voyage et d’autres auront peut-être le mal de l’espace…

Aurélien Baraffe