Retour sur la conférence « Paris au cinéma »

Le 11 janvier au cœur de Paris au centre culturel du CROUS, Nathalie Debroise, professeure à l’Université Américaine, nous a parlé de cette ville au cinéma ; et elle nous l’a rappelé d’emblée : c’est dur, très dur, de choisir des oeuvres et un angle quand on s’attaque à un thème si vaste.

Notre intervenante Nathalie Debroise, photographe et professeur de cinéma et de littérature à l'Université Américaine de Pairs

Notre intervenante Nathalie Debroise, photographe et professeure de cinéma et de littérature à l’Université Américaine de Pairs

Alors plutôt que de parler de ces films « cartes postales » qui font défiler des plans de lieux parisiens cultes comme on les cocherait sur une liste, elle a choisi de nous montrer la capitale sous des caméras plus subjectives. En décortiquant des scènes de Cléo de 5 à 7 (Agnès Varda, 1962); Le Feu Follet (Louis Malle, 1963); Le Locataire (Roman Polanski, 1976); Dernier Tango à Paris (Bernardo Bertolucci, 1972) ou Les Amants du Pont Neuf (Leos Carax, 1991), Nathalie Debroise nous a montré Paris à la fois théâtre et acteur: la ville inspire aux personnages errants des émotions, ou alors ce sont eux qui remplissent l’espace de leurs pensées, et si le spectateur reconnaît des lieux cultes, eux y sont parfois indifférents.

Paris n’est pas touristique, il est vécu, habité, et en suivant les personnages dans des parcs des appartements ou des cafés, Nathalie Debroise nous a expliqué des regards de réalisateurs, et leur Paris subjectif, intérieur et extérieur, plein de détails et de secrets, tellement humain.

Une conférence passionnante, qui a laissé de côté les clichés liés au thème et a fait de nous des cinéastes apprentis, le temps d’une heure et demi.

photo CINEP

Ne loupez pas la prochaine!

Nous remercions chaleureusement l’équipe du centre culturel du CROUS pour leur accueil et Nathalie Debroise pour la qualité de son intervention.

Ambre Chalumeau